Chroniques locales à travers le temps

Ces chroniques ont pour objet de rassembler toutes les informations concernant le village afin d'élaborer un dossier le plus complet possible sur l'histoire de Cassagnes et de ses habitants.

 

Divisée en 5 parties, on y trouvera tous les grands événements, les projets et réalisations effectués, le tout agrémenté de quelques statistiques sur la paroisse et la commune au fil des ans. La chronologie sera, bien sûr, enrichie au fur et à mesure que les informations nous parviendront.
la sélection des périodes "avant 1640" et "1640-1700" a été volontaire car les années 1639-1640 ont été, d’après nous, une période charnière et importante pour l’histoire du village.


Avant 1640

 

1594 - Extrait du livre de la recherche générale du diocèse d’Alet déposé aux archives de l’Aude. Voir le texte intégral.


Cette pièce nous apprend que le seigneur de Cassagnes était le roi de France, lui-même et que parmi ses biens figurait une grande tour ruinée. Cette tour, aujourd'hui totalement disparue, se trouvait vraisemblablement à l’intérieur du fort de Cassagnes, près de l’église car elle est également citée dans le compoix de 1675 et signalée à cet endroit.

 

1639 - En octobre, Le village voisin de Latour est ravagé par des combats entre les armées espagnoles et françaises. Puis "en l'année 1640, le lieu acheva de se perdre entièrement par le pillage et brûlement de tout le lieu". Seule l'église sera, en partie, épargnée.

D’après un acte de baptême retrouvé au Vivier et gentiment communiqué par l’un de ses habitants, Cassagnes aurait été également entièrement brûlé par les troupes espagnoles. Voici l'extrait du texte qui met en évidence cet état de fait. "Le 20 avril 1640, par moy soussigné a este baptise a la chappelle du chasteau ..... du lieu de Cassaignes maintenant demeurant au Barry depuis que les espagnols ont brusle ledit Cassaignes .../...".


1640 - 1700

 

1668 - Le 2 mars, visite à Cassagnes de l'évêque d'Alet, Nicolas Pavillon. D'autres visites épiscopales ont lieu le 21 février 1671 et le 6 novembre 1674.

 

1678 - Le 24 septembre, visite à Cassagnes de l'évêque d'Alet, Louis-Adolphe De Valbelle.

 

1698 - Le 22 septembre, visite à Cassagnes de l'évêque d'Alet, Monseigneur Victor-Augustin De Melian. La veille, il confirme à La Tour 27 hommes et garçons ainsi que 27 femmes et filles de Cassagnes.


1700 - 1800

 

1700 - Le 5 mai, visite à Cassagnes de l'évêque d'Alet, Charles-Nicolas De Fontaine. Une autre visite épiscopale aura lieu le 6 mai 1706.

 

1713 - Le 30 avril, visite à Cassagnes de l'évêque d'Alet, Jacques Maboul.

 

1725 - Le 19 juin, confirmation à La Tour de 17 hommes et garçons ainsi que 21 femmes et filles de Cassagnes, par Monseigneur François De Boucaud, évêque d'Alet. Une autre visite aura lieu le 21 mai 1726.

 

1762 - Faits divers : Le seigneur de Cuxous, Jérôme Roig, se plaint des chasseurs du village de Cassagnes qui "au mépris des ordonnances du roy, qui leur défendent le port d’armes, et sous le prétexte quela seigneurie du lieu appartient à sa majesté, s’arrogent le droit de chasser journellement, non seulement sur les terres de leur village, mais encore sur celles des seigneurs voisins…".

 

Le 8 octobre, les consuls du village de Cassagnes répondent à l’intendant de la province du Languedoc "…. Qu’il est vrai qu’il y a quatre ou cinq particuliers qui ont un mauvais fusil chez eux ou à leur bergerie à cause des loups et des chiens enragés qui sont fréquents dans ce pays".

 

1769 - Le 6 avril, confirmation dans l'église de Cassagnes de 39 hommes et garçons ainsi que 48 femmes et filles de Cassagnes, par Monseigneur Charles De La Cropte De Chanterac, évêque et comte d'Alet.

 

1773 - Du 21 Décembre 1772 au 28 Février 1773, une épidémie de variole cause le décès de 16 personnes, dont 14 enfants. 11 décès ont lieu durant le seul mois de janvier.

 

1790 - Lors de la création du département des Pyrénées-Orientales, le 8 mars, Cassagnes et 27 autres paroisses du Fenouillèdes sont retirées de la province du Languedoc pour former la partie "Gavatx" du département, c'est-à-dire la partie non Roussillonnaise. Voici ces 27 autres paroisses du Fenouillèdes classées par ordre alphabétiques :

 

Ansignan, Bélesta, Campoussy, Caramany, Caudiès de Fenouillèdes, Felluns, Fenouillet, Fosse, Lansac, Latour-de-France, Le Vivier, Lesquerde, Maury, Montalba-le-Château, Pézilla de Conflent, Planèzes, Prats de Sournia, Prugranes, Rabouillet, Rasiguères, Sournia, St Arnac, St Martin, St Paul de Fenouillet, Trévillach, Trilla et Vira.

 

1792 - 21 septembre, c’est la proclamation de la République. Quelques jours auparavant, l'assemblée vote la laïcité de l'état civil. Le curé de Cassagnes, Jean Pagès, signe le dernier acte paroissial le 25 novembre 1792. Le premier acte d’état civil de la commune de Cassagnes est daté du 7 janvier 1793 et est toujours signé Pagès. Devenu membre du conseil général de la commune, officier public, élu à présent par les citoyens, Jean Pagès continuera à rédiger les actes d’état civil jusqu’en 1800.

 

1793 - La guerre entre la jeune République et l'Espagne est déclarée. Le 29 août, les Espagnols s'emparent des postes de Montalba et Força Réal. Après de violents combats à la Juliane, ils s'emparent également le même jour de Caladroy et sont même repérés à Pleux, hameau situé juste derrière Cuxous. Le 30 août, lors d'une patrouille, le jeune fils du seigneur de Cuxous est fait prisonnier et conduit à Millas. Il décèdera quelques temps plus tard à Céret, des suites de son mauvais traitement en prison.


1800 - 1900

 

1833 - Les opérations cadastrales ont lieu à cette époque. Le premier plan officiel connu est de 1832 et le nouveau cadastre est daté du 25 mars 1833.

 

1838 - Juin : Projet de construction d'une maison d'école sur l'emplacement d'un patus appartenant à la commune. Ce terrain se trouve sur la place, près du porche.

 

1839 - Le devis ainsi que le plan relatif à la construction de la maison d'école sont réalisés le 6 mai par l'architecte du département, le chevalier de Basterot. Le montant s'élève à 3247 francs.

 

1845 - L'adjudication des travaux de la maison d'école a lieu le 16 février Le sieur Joseph Quinta, maçon à Ille, est nommé entrepreneur des travaux.

 

1847 - Les travaux de construction de la maison d'école sont terminés en octobre. La réception définitive sera faite le 14 juillet 1849. Le bâtiment est également destiné au logement de l'instituteur et à la salle de mairie. A la même époque, il est décidé d'attribuer également une partie du bâtiment communal à un presbytère.

 

1867 - Les locaux de la maison d'école, mairie et presbytère étant très insuffisants, un devis, plan et cahier des charges pour la construction d'une nouvelle école est réalisé le 20 septembre par l'architecte du département, Monsieur Jean Vignol. Le montant des travaux à exécuter s’élève à 6337 francs.

 

1868 - La construction du chemin d’intérêt communal N° 17 est votée le 8 octobre.

 

1869 – La construction de la maison d’école ainsi que l’acquisition du terrain nécessaire sont votés le 13 février. Ce terrain figure sur le plan cadastral sous le N° 175 pour une contenance de 4a 60. En août, Jean Boyer, entrepreneur des travaux publics à Caudiès, a été nommé adjudicataire des travaux de la construction de la maison d’école.

 

1871 - En fin d’année, la nouvelle école est terminée. Sur la place, l’ancien bâtiment reste destiné au presbytère.

 

1874 - Août : Un projet pour la construction d’un clocher ayant été élaboré en novembre 1873, un premier devis pour la construction de ce clocher et l’acquisition d’une horloge s’élève à 6000 francs.

 

1880 – Un nouveau plan et devis concernant la construction du clocher sont réalisés le 9 juillet. En effet, le plan initial prévoyait la construction du clocher sur la façade principale de l’église. Or, il est décidé que cette construction sera réalisée en dehors de l’église et sur un terrain communal, ce qui permettra également de placer les 4 cloches dont dispose la commune.

 

1885 - Récolte à peu près nulle lors des vendanges due à l’apparition du phylloxéra ces dernières années. La reconstitution du vignoble, complètement détruit, est nécessaire.

 

1887 – La construction d’une cage pour l’horloge est votée en septembre.

 

1890 - Création d’une société de secours mutuels dans la commune. Celle ci est approuvée le 26 avril est porte le nom de "La Fraternelle". Au 31 décembre, les adhésions particulières sont au nombre de 33. La fête de la société se déroulera chaque année le 5 septembre. Une autre société mutualiste verra le jour plus tard sous le nom de "La Solidarité" et dont la fête sera le jour de l’Ascension.

 

1894 - Un projet d'acquisition du terrain pour le nouveau cimetière est élaboré en juin. Il sera construit à l'intersection des chemins de Bélesta et de Caramany. Le devis s'élève à 6700 francs mais l'emprunt ne sera accordé qu'en février 1896. La construction s'effectuera dans le courant de l'année 1896 et la translation début 1897.

 

1897 – Il est décidé que la fontaine soit munie avant l’été d’une toiture pour d’une part "la mettre à l’abri des chaleurs de l’été dont l’influence se fait sentir sur la valeur de l’eau", d’autre part "à l’abri des intempéries de la mauvaise saison qui dégrade la pompe et ses abords".

 

1898 – Projet de construction d’un poste télégraphique à Cassagnes.

 

Dès le 5 juillet, le ministre du commerce de l'industrie des postes et télégraphes autorise la création d'un bureau télégraphique à Cassagnes. Le 18 août, une subvention de 310 francs est accordée pour les frais de construction de la ligne et d'installation du bureau télégraphique. Le début des travaux commence dès l'achèvement de la mise en service du bureau de Port-Vendres, c'est-à-dire à la fin du mois d'octobre 1898. L'installation télégraphique de Cassagnes fonctionne le 8 janvier 1899.


1900 à nos jours

 

1900 – Naissance le 7 janvier à Evol, près d'Olette, du romancier Ludovic Massé. Originaire de Cassagnes, il publiera en 1944 un roman autobiographique racontant quelques souvenirs d'enfance au village, chez ses grands parents.

 

La première facture relative à la fourniture du matériel destiné à l’éclairage des rues et places du village est envoyée au mois d’octobre par la maison Faraill de Perpignan. Cette facture correspond au paiement des frais de pose, du traitement de l’allumeur et l’achat du combustible.

 

1906 - En ce qui concerne l’éclairage public, la commune est d’avis que les réverbères soient allumés les dimanches et jours fériés. Le salaire de l’allumeur est fixé à 1f 50 par nuit d’éclairage.

 

1908 - En juin, la municipalité demande la création d’une recette auxiliaire des postes. En effet, les propriétaires et courtiers doivent se rendre à Latour, distant de 6km, pour les envois d’argent et la perception de mandats postes. La gérante du bureau télégraphique et de la cabine téléphonique de Cassagnes est proposée pour remplir les fonctions de gérante de la recette auxiliaire. La création de cette recette sera effective le 16 février 1910.

 

Extrait de la délibération de novembre : "Considérant que l’école actuelle n’a qu’une superficie de 40m2 pour une population scolaire moyenne de 50 élèves, considérant que cette superficie est très insuffisante pour un si grand nombre d’élèves, considérant qu’à l’état actuel, le local scolaire nécessitera des réparations continuelles, le conseil est d’avis de ne pas faire les réparations demandées et vote le principe d’une construction nouvelle.".

 

En décembre, décision de la commission départementale qui approuve l’ouverture et le redressement du chemin d’intérêt commun N° 17 entre Cassagnes et Bélesta.

 

1909 – La construction de la nouvelle école sera édifiée sur l’emplacement de l’ancien cimetière désaffecté depuis 1896. Mr Georges Drogart, architecte à Perpignan est désigné pour dresser les plans et devis pour l’édification de l’école publique.

 

Le chantier de la construction du chemin d’intérêt commun N° 17 entre Bélesta et Cassagnes est en cours. La commune profite de l’occasion pour déplacer la porte d’entrée du cimetière. En effet, cette dernière est située sur la face nord et d’un accès plutôt difficile. L’entrée sera donc transférée côté sud, le long du nouveau chemin.

 

1911 - Mr le préfet approuve le 21 avril, le projet de construction d’une école mixte.

 

1913 - En janvier, une première demande pour la conversion de la recette auxiliaire des postes en bureau de facteur receveur est transmise à l’administration compétente. Une seconde sera transmise en septembre 1919 en justifiant le fait que "le commerce et les relations de toute nature ont pris une extension importante durant ces dernières années". Il faudra attendre cependant quelques années pour qu’un premier facteur receveur soit nommé à Cassagnes.

 

1914 - Constitution d’un syndicat en vue de la création d’un réseau d’éclairage électrique. Les communes adhérentes sont Caramany, Cassagnes, Bélesta, Montner, Rasiguères, Planèzes et Lansac. Le siège est fixé à Caramany. Il s’agit de créer un réseau électrique reliant les dites communes entre elles et l’usine du Régatieu. Ce syndicat prend le nom de "Syndicat d’électricité de la haute vallée de l’Agly". Ce projet restera sans suite pour cause de guerre et ne sera relancé qu’à partir de 1921.

 

1914–1918 - 16 enfants de Cassagnes sont morts pour la France entre août 1914 et novembre 1918.

 

1921 – Le syndicat intercommunal au sujet de l’étude de l’éclairage public, fondé en 1914, est dissout en juin. Chaque commune reprend sa liberté d’action. Cependant, le projet d’électrification est relancé.

 

1922 - Edification de la cave coopérative de Cassagnes. La société Coopérative de Vinification de Cassagnes. (S.C.V.) est fondée le 19 janvier. En octobre, les travaux de construction de la cave, située à la sortie du village et sur la route de Latour, sont pratiquement terminés.

 

Le 16 mars, l'inspecteur des PTT vient faire l'installation du premier facteur receveur à Cassagnes.

 

Enfin, le 31 décembre de cette même année, on pouvait lire dans l'indépendant :
"Cassagnes - Secousse sismique. Jeudi, vers 10 heures du matin, une secousse sismique d'une extrême violence, qui a duré 2 à 3 secondes, a été ressentie dans notre commune. Dans les maisons, les casseroles ont fait du bruit. Ceux qui se trouvaient à côté du clocher ont entendu les cloches tinter, tellement la secousse a été violente. Dans les maisons, les fentes des cloisons et des murs se sont élargies. Les ouvriers agricoles qui travaillaient dans les vignes ont ressenti aussi ce tremblement de terre".

 

1923 - En début d'année, des pourparlers sont engagés avec l’industrie électrique Ecoiffier pour doter la commune du courant électrique nécessaire à l’éclairage à la force motrice. A la fin de l’année, se sont réunis en syndicat, les communes de Bélesta, Cassagnes, Lansac, Montner, Planèzes et Rasiguères. Le siège de l’association est fixé à Cassagnes. L’association a pour but d’exécuter les travaux d’installation d’un réseau rural de distribution d’énergie électrique dans les communes concernées.

 

1926 - L’électrification de la commune de Cassagnes est déclarée d’utilité publique et indispensable. La commune accepte le cahier des charges avec les modifications portées par M. l’ingénieur en chef des ponts et chaussées. L’avis favorable de M. le préfet pour le projet d’électrification de la commune est reçu peu après et en décembre, Cassagnes reçoit sa première facture concernant les fournitures de matériels pour l’électrification. Les vieux réverbères sont vendus dès le mois de février 1927.

 

1930 - Projet d'agrandissement du cimetière. Le terrain nécessaire à l’agrandissement est pris sur l’ancien chemin vicinal déclassé de Cassagnes à Caramany qui longe la muraille nord et dans les vignes situées au delà de ce chemin. Les dimensions de cet agrandissement sont fixés à 13m de long et 35m50 de large. Les travaux seront effectués en 1933.

 

1931 – Août : Il est décidé de mettre en vente la maison du presbytère. Son emplacement sur la place publique pourra être favorable à un aménagement en maison pour commerce. Le presbytère sera effectivement vendu en 1933 et converti en café dès 1938. Un nouveau presbytère sera construit l'année suivante, situé en haut et à la sortie du village.

 

1932 – Début des travaux du nouveau chemin d’exploitation du Régatieu. Ces importants travaux comprennent le percement de l’actuelle rue du Barrage et la construction de l’actuelle route dite "du Régatieu" devenue plus récemment "du barrage".

 

1940 – Entre le 16 et 18 Octobre, un phénomène hydrologique rarissime provoque des inondations catastrophiques dans tout le département. Ces crues, plus connues par les catalans sous le nom "Aiguat del 40", sont considérées comme les plus dévastatrices des 2 derniers siècles. La vallée de la Tech (Vallespir) et celle de la Têt (Conflent) seront les plus touchées mais l’Agly connut également des niveaux records. Ainsi à Latour de France, village voisin de Cassagnes, le pont sur l’Agly dont les dimensions sont d’une hauteur de 9m et d’une longueur de 80m seront largement dépassées. En effet, au moment le plus fort de la crue, c’est-à-dire le 17 octobre, l’eau atteindra 11m de hauteur et 340m de largeur ! !. Nous laisserons au lecteur le soin de juger, par rapport à ces chiffres, de l’ampleur des dégâts occasionnés aux alentours et sur toute la vallée de l’Agly. Durant ces 3 journées, 300 victimes seront à déplorer dans tout le département.

 

1946 - Changement de l'horloge et travaux d'aménagement du clocher. Le marché est passé en septembre entre l'entreprise Terraillon, constructeur d'horloge à Perrigny (Jura) et la commune.

 

1952 – Fusion des deux sociétés mutualistes "La Fraternelle" et "La Solidarité". La fête de la société continuera à se dérouler le 5 septembre.

 

1957 - Création en septembre du "syndicat intercommunal de Cassagnes et de Bélesta", qui a pour but d'assurer la construction du réseau de distribution d'eau potable pour ces deux communes. Le projet comprend la construction d'un puits dans le lit de la rivière de l'Agly, une station de pompage, l'équipement électromécanique, la ligne électrique et le transformateur.

 

1960 - Le 15 juillet, demande acceptée pour la création d'un poste de distribution de carburants à Cassagnes. La station service sera située en haut de la rue des Capitelles et sera ouverte jusqu'au milieu des années 70.

 

1962 - En octobre, projet de construction d'un réseau d'égouts. La construction du réseau de distribution d'eau potable est en cours de réalisation et les deux chantiers seront exécutés simultanément. En avril 1963, les canalisations sont posées jusqu’à l’entrée du village.
En 1964, le réseau de distribution d'eau est opérationnel

 

1973 - Le 7 septembre, création du Comité d'Animation Pour l'EXpansion Economique du Fenouillèdes (C.A.P.E.X.E). Cassagnes adhère à cette association.

 

1975 - En juillet, inauguration du stade municipal avec, pour l'occasion, une rencontre de Basket et une grillade dans la cave coopérative nouvellement décorée par les jeunes du village.

 

La fête mutualiste du 5 septembre et la fête locale sont regroupées en une seule et même fête. Cette fête continuera pendant quelques années encore à se dérouler aux alentours du 18 août. En 1980, la fête locale sera définitivement fixée à la date du 12 août.

Le 18 octobre, inauguration de la nouvelle salle des fêtes. Cette salle est destinée à abriter les bals, cérémonies, réunions et diverses fêtes.

 

1976 - Création, le 20 juillet, du club "Ceux de notre âge". Cette association a pour but de rassembler les personnes dites "du 3ème âge" afin de participer ensemble à des voyages, dîners et autres manifestations. Le 25° anniversaire de la création du club a été fêté le 19 juillet 2001.

 

On procède au déplacement du monument aux morts de Cassagnes. Depuis les années 30, il était situé dans le cimetière et afin de libérer la place qu'il occupait, le monument est déplacé sur la route de Bélesta, à la sortie du village.

 

1977 - Création, le 2 février, du Foyer Rural de Cassagnes. Cette association a pour but d'organiser différentes activités et manifestations pour contribuer à l'animation et à la vie du village. On procède également à la construction d'un local pour le rangement des chaises et du matériel de la salle des fêtes nouvellement modernisée ainsi qu'une buvette à l'emplacement d'un cellier désaffecté.

 

1980 - Depuis fort longtemps, c’était sur la "place" qu’avaient lieu les différentes fêtes du village. Dorénavant, à partir de cette année 1980, c’est aux "Hyères" qu’elles auront lieu.

 

1981 - Agrandissement de la mairie par la construction d'une salle de réunion jouxtant le bâtiment principal.

 

1984 – Le 12 août, lors de la fête locale, le président des secours mutuels de Cassagnes prononce son dernier discours. La société est en effet dissoute cette année là.

 

1988 - Le clocher se refait une beauté. C’est en juillet qu’a lieu le ravalement de celui-ci ainsi que de l’église.

 

1989 - Le conseil municipal décide de doter le village de noms de rues. La commission tourisme propose aux Cassagnols de participer au choix de ces noms.

 

Heureux événement mais toutefois exceptionnel de nos jours et dans les petites communes, un petit garçon est né à Cassagnes au domicile de ses parents. La dernière naissance, dans le village, remontait à 1950 !

 

1991 - Début des travaux de construction du barrage sur l'Agly. Ces travaux dureront 3 ans.

 

1992 – Ouverture de l’auberge des Capitelles. Elle est située sur la place et remplace l’ancien café, fermé en 1979.

 

1994 – L’auberge des Capitelles s’agrandit. Une ouverture est construite dans le garage appartenant à la commune et situé juste à côté. L’inauguration a lieu le 18 juin.

 

A la fin de l'année, la mise en eau du barrage sur l'Agly est effectuée. L'inauguration officielle du barrage a lieu le 18 novembre.

 

1995 - En janvier, création de l’association "Cassagnes d’hier et d’Aujourd’hui". Cette association a pour objectif de reconstituer l’histoire du village. Elle comprend à ce jour un peu plus de 100 membres.

 

1996 - A 2h45 du matin, dans la nuit du 18 au 19 février, un séisme de 5,4 sur l'échelle de Richter réveille les habitants des Pyrénées-Orientales. Plus de peur que de mal, puisqu'aucune victime n'est à déplorer et qu'il y a peu de dégâts. Une grande frayeur tout de même pour la plupart des Cassagnols. Un dossier sur les séismes en Fenouillèdes a été également constitué en 2001 par des étudiants de St Paul de Fenouillet.

 

1997 : Elargissement de la route "du Régatieu" entre Cassagnes et le barrage. Ces travaux devenaient nécessaires afin de faciliter la circulation car en effet, depuis la construction du barrage, cette portion de route est beaucoup plus empruntée qu’auparavant. L'inauguration a lieu le 23 mai.

 

1999 - Début du chantier pour la mise sous terre du réseau électrique et téléphonique. Les travaux débutent en septembre et sont répartis en 3 tranches. La fin prévue de l'ensemble du projet est pour 2004.

 

2000 - Le 2 septembre, inauguration de la nouvelle fontaine. De style moderne et pour célébrer l'an 2000, la nouvelle fontaine est construite sur l'emplacement de l'ancienne et également sur celui d'une maison démolie.

 

2002 - Le village se métamorphose. En effet, les fils électriques ainsi que les pylônes disparaissent petit à petit du centre du village, la rue de l'église est ré-aménagée et la rue des Capitelles se voit dotée d'un revêtement tout neuf. De plus, on procède également à l'aménagement de l'accès à la mairie et à la poste.

 

2004 - Cassagnes adhère à la communauté de communes Rivesaltais-Agly.

 

De septembre 2004 à avril 2005 ont lieu les travaux d'aménagement et d'agrandissement de la D17 entre Latour et Cassagnes.

 

2005 - L'église de Cassagnes est rénovée entièrement. On procède au ravalement des murs, à la restauration des statues et au remplacement des vitraux.

En août, le carrefour à l'angle du cimetière est agrandi.

 

2009 - Une tempête a lieu dans la journée du 24 janvier privant une nouvelle fois Cassagnes de téléphone, d'électricité et d'eau potable le village pendant un peu plus d'une semaine.

 

2010 - En septembre, début des travaux de la nouvelle salle des fêtes à l'emplacement de l'école et de la cour. l'un des chantiers les plus importants au village depuis de très nombreuses années.

 

2011 - Le premier janvier, fusion de "Perpignan Méditerranée Communauté d'Agglomération" et de la Communauté de communes "Rivesaltais – Agly". De ce fait, Cassagnes se retrouve incorporée dans "L'Agglo" à partir de cette date.