"Cassagnes d'Hier et d'Aujourd'hui"

Article paru dans l'un des bulletins de l'association.

 

Voici ci dessous un article paru en 1998.

Depuis, de nombreux renseignements complémentaires nous sont parvenus. Le contenu de l'article est exact mais fatalement incomplet suite à ces nouvelles informations retrouvées et mentionnées en fin de page.


"De cimetière en cimetière"
(1998)

 

A l’occasion de l’agrandissement du cimetière de Cassagnes, il me semblait intéressant de connaître son histoire et ses origines.

Une date gravée sur le pilier droit indiquant 1896 rappelle l’année de sa construction. C’est en effet en cette année que le cimetière de Cassagnes fut, non pas créé, mais déplacé.

Le cimetière primitif de la paroisse devait se trouver sur un petit terrain situé près de l’église et du "Plaçal". En effet, des ossements accompagnés d’objets en terre cuite ont été trouvés il y a quelques années à cet emplacement, mais aucune indication ne peut être émise sur l’époque d’inhumation à cet endroit. Plus tard, à une époque inconnue mais en tout cas avant le XVII° siècle, il fut transféré à un autre endroit, dans le village.

Le projet de le déplacer une nouvelle fois fut donc décidé en 1894. Le terrain choisi se situait à proximité d’une ancienne chapelle et à l’intersection des chemins de Bélesta et de Caramany. A ce sujet, il faut noter qu’à cette époque les routes reliant Cassagnes et ces deux dernières communes n’étaient pas les mêmes que celles d’aujourd’hui.

 

 

 

En 1897, une marquise fut construite afin d’abriter les cortèges funéraires en cas de mauvais temps.
Puis en 1901, il est question de construire, sous la marquise, un local destiné à recevoir les accessoires des pompes funèbres. Ces travaux ne seront exécutés qu’en 1905.

C’est en 1909 que de grands travaux d’aménagement sont effectués. En effet, c’est à cette époque qu’a lieu la construction du chemin d’intérêt commun N° 17 de Vinça à Estagel.

C’est la route que nous connaissons aujourd’hui et celle ci doit longer la face Sud du cimetière. L’entrée initiale, d’un accès difficile, à en croire les dires de l’époque, est déplacée et le conseil décide de faire exécuter les travaux d’installation de la porte en fer entourée de piliers en marbre, le tout sur la face sud du cimetière.

 

 

En 1931, un dernier aménagement est effectué.
En effet, le terrain devenait trop exiguë et de nombreuses personnes étaient désireuses d’avoir leur concession particulière. Le conseil décida donc l’agrandissement du cimetière. Le terrain fut pris sur l’ancien chemin déclassé de Cassagnes à Caramany qui longeait la muraille Nord et dans les vignes situées au delà de ce chemin. Les dimensions de cet agrandissement furent fixées à 13m de long et 35m50 de large.

 

 

Les traces de ces travaux sont encore visibles aujourd’hui. On peut voir très nettement, sur le mur de clôture, la différence entre la partie en pierre et le prolongement en béton.

Enfin, ci dessous, la situation avec le nouvel aménagement de 1998.

 

 

Dès que le terrain fut libéré en 1896, les feuilles des mûriers qui se trouvaient dans l'enclos même de l'ancien cimetière servirent pour l'élevage du ver à soie et ce jusqu'en 1909, année où le terrain fut utilisé pour la construction de l'école communale et de ses annexes. Le surcroît fut adjoint aux aires (Hyères) de battage des céréales qui existaient déjà. Par la suite, la culture des céréales étant abandonnée et remplacée principalement par la viticulture, ce terrain baptisé désormais "les Hyères" fut affecté au boulanger de Cassagnes qui entreposa là les fagots de sarments avec lesquels il chauffait son four.

 

Philippe Hurtebize


En préparation.

La Chapelle St Eloi. Rare témoignage de ce vestige. Fief noble 1629.
Fief en 1690 qui n'appartient pas au roi.

Inhumation du curé de Cassagnes Antoine Vezia en 1694 dans la chapelle St Eloy, située dans le cimetière.

Compoix, rue et quartier St Eloy.
Cette terre avait été bénite en 1215, église dédiée à St Eloi, puis cimetière agrandi en 1529.
Bénédiction du nouveau cimetière - 1896.